Passer sur le site desktop

Stress thermique

Heat stress

Lorsque les températures grimpent, les animaux de l'élevage sont souvent confrontés au phénomène de stress thermique et n'arrivent plus à réguler leur propre température corporelle. Ce qui entraîne des effets néfastes pour leur santé, tels qu'un affaiblissement de leur résistance aux maladies et une diminution de leur croissance. C'est pourquoi il est primordial de prendre à temps les mesures qui s'imposent en vue d'éviter le stress thermique chez les porcs, les bovins, la volaille ou encore les caprins.

Stress thermique - porcs

Le stress thermique est un problème qui survient en cas de hausse importante de la température. Le porc n’est alors plus en mesure de contrôler sa propre température corporelle. En outre, d’autres facteurs, tels que l’humidité de l’air et l’environnement climatique dans l’élevage peuvent jouer un rôle. Le stress thermique a une influence négative sur la santé des porcs, leur résistance diminue et leur croissance est ralentie. Il est donc nécessaire d’être bien préparé à des températures élevées pour pouvoir intervenir à temps. MS Schippers propose des solutions pour soutenir les animaux pendant cette période de stress thermique.

Conseils généraux

Un bon environnement climatique est essentiel pour une bonne gestion du stress thermique ; veillez à une isolation suffisante du bâtiment tout en accordant une importance particulière à la ventilation. De l’air froid et frais permet de réguler les températures dans le bâtiment d’élevage. Des ventilateurs supplémentaires peuvent éventuellement être utilisés. La présence d’eau potable (10 à 15 °C) fraîche, en quantité suffisante est indispensable. L’eau rafraîchit et doit être disponible sans aucune restriction pour tous les animaux. Pour cette raison, assurez-vous de disposer d’un nombre suffisant d’abreuvoirs et contrôlez le débit des tétines. Finalement, l’adaptation des heures d’alimentation peut avoir un effet positif : une grande quantité de chaleur est produite lors de la digestion. En donnant à manger aux animaux pendant les périodes les plus fraîches de la journée, les quantités absorbées sont plus élevées et les aliments restent frais plus longtemps, réduisant la diffusion des germes.

Stress thermique chez les truies

En raison de températures élevées, une truie absorbera moins d’aliments et donc moins de nutriments. Son état de santé se détériore, ce qui entraîne, d’une part, une fertilité moindre et, d’autre part, une production laitière réduite, donc une croissance plus lente des porcelets. En donnant de l’eau fraîche à la truie en quantité suffisante pendant les périodes chaudes, vous obtenez un effet favorable sur l’absorption d’aliments et d’eau, sur la production laitière estimée, sur la température corporelle, sur le poids moyen des porcelets au sevrage et sur la croissance moyenne des porcelets (source : GD Diergezondheid). En outre, les suppléments nutritifs sont ajoutés pour soutenir la truie dans sa fertilité (MS Piglet Boost).

Stress thermique chez les porcelets et les porcs d'engraissement

Les porcelets et les porcs d’engraissement souffrent également de stress lors des périodes de chaleur ; l’absorption d’aliments baisse et les porcs ne disposent pas suffisamment de nutriments, ce qui a un effet plus négatif sur la croissance et fait augmenter la conversion alimentaire. Un taux d’occupation moins élevé, de l'eau potable fraîche en quantité suffisante et l’aspersion des boxes avec de l’eau soulageront la situation pour les porcs. En outre, il est possible d’avoir recours à la vitamine C : elle a un effet antistress et exerce une influence positive sur l’état de santé des porcs (MS C Liquid).

Stress thermique chez les verrats

En raison de la chaleur, la qualité des spermes d’un verrat peut baisser. Non seulement pendant la période chaude, mais également dans les semaines suivantes, le verrat peut ressentir encore les conséquences de la chaleur, ce qui a une incidence sur la qualité. L'ajout de nutriments à l'alimentation peut soutenir le verrat pendant cette période et garantir un maintien de la qualité (MS Extase Complete).

Ventilateurs

Les ventilateurs peuvent assurer une bonne circulation de l'air. La température dans l'élevage peut être contrôlée et les conséquences de la chaleur sont limitées. L’emplacement, la taille et la quantité de ventilateurs sont importants pour un bon résultat. Veuillez prendre contact personnellement avec nous !

Stress thermique- Bovins

Le stress thermique est un problème qui survient en cas de hausse importante des températures et de l’humidité de l’air. Une vache n’est alors plus en mesure de contrôler sa propre température corporelle. La température idéale pour une vache laitière se monte entre -5 et 18 °C. Au-delà de cette température, la vache présente une activité réduite. Une vache transpire et halète pour évacuer la chaleur. En outre, elle absorbe moins d’aliments et bouge moins pour réduire la production de chaleur, ce qui entraîne une perte de poids et une production laitière réduite.

Conseils généraux

Une gestion adéquate de l’étable est cruciale pour une bonne maîtrise du stress thermique. Un environnement climatique adapté et la mise disposition d’eau sont des aspects décisifs pour soutenir les animaux pendant les périodes de grande chaleur. MS Schippers propose des solutions pour soutenir les animaux pendant cette période de stress thermique.

Eau potable

La présence d’eau potable (10 à 15 °C) fraîche, en quantité suffisante est indispensable. L’eau rafraîchit et doit être disponible sans aucune restriction pour tous les animaux. Pour cette raison, assurez-vous de disposer d’un nombre suffisant d’abreuvoirs et contrôlez le débit des tétines. Dans l’étable, au moins 1 abreuvoir grand débit (plus de 20 litres par minute) pour quinze vaches ou un bassin de stockage (plus de 50 litres et plus de 30 litres par minute) pour vingt vaches doit être présent. Veillez à ce que les vaches puissent accéder à l’eau potable en quantité suffisante pendant ou directement après la traite.

Gestion de l’alimentation

Finalement, l’adaptation des heures d’alimentation peut avoir un effet positif sur la vache : une grande quantité de chaleur est produite lors de la digestion. En donnant à manger aux animaux pendant les périodes les plus fraîches de la journée, les quantités absorbées sont plus élevées et les aliments restent frais plus longtemps, réduisant la diffusion des germes. En plus, un conservateur est utilisé pour combattre la formation de germes dans l’alimentation (MS Wetfeed DF).

Ventilateurs

Les ventilateurs peuvent assurer une bonne circulation de l'air dans une étable pour bovins. La température dans l'élevage peut être contrôlée et les conséquences de la chaleur sont limitées. L’emplacement, la taille et la quantité de ventilateurs sont importants pour un bon résultat. Veuillez prendre contact personnellement avec nous !

Asséchants

Les germes se développent plus rapidement par temps chaud ; la pression d’infection dans les boxes est plus élevée que dans des situations normales. Il est important de veiller à maintenir les boxes propres et secs pour minimiser le risque d’infection. Après un remplacement régulier de la litière, des poudres d’hygiène peuvent être utilisées pour maintenir les boxes au sec (MS DryCare).

Acidification du rumen

En raison du stress thermique, les vaches mangent moins de fourrage. Les vaches se reposent moins et ruminent alors moins, ce qui entraîne un risque d'acidification du rumen. Pour réduire le risque d’acidification du rumen, il est possible d’utiliser un tampon pour maintenir le taux d’acidité du rumen (MS Rumen Support).

Claudication

Lorsqu’une vache souffre de la chaleur, elle s'allongera moins pour permettre une meilleure évacuation de la chaleur. Ces sabots sont alors plus sollicités augmentant le risque d'infections. Le risque de claudication est réduit avec une ventilation suffisante et un accès à l’eau potable.

Stress thermique chez les veaux

Les veaux peuvent également subir les conséquences de températures élevées. En raison d'une absorption réduite d’aliments et d'une consommation énergétique plus élevée pour le processus de rafraîchissement, leur état de santé se détériore et la croissance est ralentie. L'ajout de vitamines C renforce leur résistance et l'absorption d'aliments (MS C Liquid).

Stress thermique - Volaille

Le stress thermique chez les poules survient en cas de températures élevées (>25 °C) en combinaison avec une forte humidité de l'air. Comme les poules ne transpirent pas et évacuent la chaleur uniquement par leurs voies aériennes, elles sont extrêmement sensibles aux hautes températures. La chaleur réduit l’absorption d’aliments, la croissance des poussins est ralentie et les poules pondeuses pondent des œufs de qualité moindre. Les autres conséquences négatives peuvent être une résistance moindre, voire une mortalité plus élevée. Pour éviter ces conséquences en cas de stress thermique, des mesures adéquates doivent être prises : MS Schippers propose des solutions pour soutenir les animaux pendant cette période de stress thermique.

Conseils généraux

Une gestion adéquate est cruciale pour une bonne maîtrise du stress thermique. Un environnement climatique adapté et la mise disposition d’eau sont des aspects décisifs pour soutenir les animaux pendant les périodes de grande chaleur. Une occupation idéale lors de la construction peut permettre de disposer d'un espace suffisant pour tous les animaux.

Ventilation

Une capacité de ventilation suffisante permet de maintenir la température dans l’élevage et de minimiser les conséquences de la chaleur. Contrôlez toujours si les capacités sont suffisantes pour le nombre d’animaux présents et si tout fonctionne.

Eau

De l’eau fraîche et propre est extrêmement importante en cas de stress thermique. Tous les animaux doivent avoir accès à l’eau potable, en quantité suffisante. En outre, l’eau potable est importante pour transmettre aux animaux suffisamment de nutriments, qui sont absorbés normalement avec l’alimentation (MS Vitaminestoot + MS Microplus Extra).

Vitamine C

La vitamine C est très importante pour les divers processus du métabolisme. Elle soutient l’absorption d’aliments, retient l’humidité et réduit le niveau de stress chez les poules. Les poules sont plus tranquilles, génèrent alors moins de chaleur et souffrent moins des températures élevées (MS C Liquid).

Équilibre hydrique

Avec la chaleur, les poules perdent beaucoup d’eau ; elles perdent également des sels, ce qui entraîne un manque d’hydratation. La transmission d’électrolytes (sels) dans l’eau potable permet de rétablir l’équilibre hydrique des poules (MS Freshmix). Il est ainsi possible de lutter contre le dessèchement et la mortalité comme conséquence de la chaleur.

Vitamines et minéraux

Une absorption réduite d’aliments entraîne une absorption réduite de vitamines et de minéraux qui sont essentiels pour une bonne croissance ou production. Pour compenser cet effet, il est possible de transmettre ces nutriments dans l’eau potable. Les poules vont donc boire plus et ingèrent davantage de vitamines et de minéraux (MS Vitaminestoot & MS Microplus).

Gestion de l’alimentation

Pour les poussins d’élevage et les poules pondeuses de préférence au moment le plus frais de la journée, ce qui favorise l’absorption d’aliments et les animaux sont moins gênés par la chaleur. Il est éventuellement possible d’adapter le schéma de la lumière.

Hygiène

Avec la chaleur, les germes se développent plus rapidement ; il est donc important de maintenir l'élevage au sec. Pour cela, il est possible d'utiliser davantage de litière ou une poudre hygiénique pour maintenir la surface de l’élevage au sec (MS DryCare).

Stress thermique - Chèvres

Le stress thermique est un problème qui survient en cas de hausse importante de température et de l’humidité de l’air. La chèvre n’est alors plus en mesure de contrôler sa propre température corporelle. À partir de températures supérieures à 25 °C, une chèvre souffre de la chaleur, sa respiration s’accélère pour évacuer la chaleur aussi bien que possible. Plus la production laitière est importante, plus la chèvre souffre de la chaleur ; une absorption plus élevée d’aliments entraîne une hausse de la température corporelle. À la suite de cette température interne élevée, la chèvre absorbe moins de matières sèches, ce qui peut entraîner une perte de production et une acidification du rumen.

Conseils généraux

Une gestion adéquate de l’élevage est cruciale pour une bonne maîtrise du stress thermique. Un environnement climatique adapté et la mise disposition d’eau sont des aspects décisifs pour soutenir les animaux pendant les périodes de grande chaleur. MS Schippers propose des solutions pour soutenir les animaux pendant cette période de stress thermique.

Eau potable

De l’eau potable fraîche (10 à 15 °C) doit être disponible en quantité suffisante pour tous les animaux. L’eau rafraîchit et aide à combattre les signes de dessèchement. Pour cette raison, assurez-vous de disposer d’un nombre suffisant d’abreuvoirs et contrôlez le débit des tétines. Placez, si nécessaire, des abreuvoirs supplémentaires pour répondre aux besoins des animaux.

Ventilateurs

Des ventilateurs supplémentaires améliorent l’environnement climatique pour les chèvres. Avec la circulation de l’air, l’air chaud se déplace et la température baisse. Des gicleurs ou des nébuliseurs peuvent éventuellement être utilisés pour un rafraîchissement supplémentaire. L’emplacement, la taille et la quantité de ventilateurs sont très importants pour un bon résultat. Veuillez prendre contact personnellement avec nous!

Gestion de l’alimentation

Donner l'alimentation aux moments les plus frais (le matin et le soir) favorise l’absorption d’alimentation, ce qui a un effet positif sur l’état de santé des animaux et la production laitière. L’ajout d’énergie supplémentaire à l’alimentation (MS KetoProtect Goat) peut être bénéfique. Pour éviter les germes dans l’alimentation, un conservateur peut être ajouté dans le bac d’aliments (MS Wetfeed DF) permettant de conserver l’alimentation fraîche plus longtemps et plus savoureuse.

Acidification du rumen

Avec la chaleur, les chèvres mangent moins de matières sèches, respirent plus rapidement et ruminent moins longtemps. Le risque d’acidification du rumen augmente. En augmentant la capacité tampon du rumen et en maintenant le taux d’acidité, ce risque peut être réduit. MS Rumen Support peut être utilisé à cet effet.

Vous avez des questions?

Nous vous recontactons rapidement !

Schippers utilise des cookies. Si vous souhaitez continuer, vous devez accepter l'utilisation de Cookies.

Please enable cookies.

Attention : il doit y avoir une erreur de javascript

Certaines fonctionnalités sont probablement bloquées dans votre navigateur et ne fonctionneront pas correctement.

Les raisons peuvent être : un navigateur obsolète ou l'utilisation du navigateur en mode privé / incognito.